Argentine, que se passe t’il?


Argentine, que se passe t’il?

Voilà un petit moment déjà que l’incompréhension, la surprise et parfois la colère avouons le, nous habitaient…Et l’arrivée aux chutes d’Iguazu a été la goutte qui a fait déborder les chutes, non le vase ! Pourquoi ?

Et bien, une nouvelle fois, on nous annonce à la caisse plus de 100% d’augmentation en 2 ans sur le prix de l’entrée au parc, soit 80 euros pour la journée, ce qui correspond au prix d’une carte annuelle familiale pour tous les parcs aux Etats Unis ou au Canada quels que soient le nombre de jours passés ! Pour exemple, côté Brésilien, l’entrée au site des chutes est 2 moins chers… Nous renoncerons d’ailleurs à visiter un parc au nord de l’Argentine car les prix affichés étaient également démesurés.

Voilà 3 mois que nous nous baladons dans ce magnifique pays qu’est l’Argentine et 3 mois aussi que nous sentons un vrai malaise qui est finalement assez vite résumé: 30% d’inflation par an et quasi fermeture du pays aux produits étrangers !!! C’est possible çà ?

Oui et nous le subissons bien évidemment, mais que dire des Argentins qui le vivent au quotidien !!! Nous imaginons à peu près la réaction des Français si nous subissions de telles augmentations … Et nous sommes également les témoins de ce qui arrive quand un pays se ferme à l’étranger sous le prétexte  de la « préférence nationale », arguments que certains avancent aussi en France principalement durant les campagnes électorales….

Nous rencontrerons plusieurs familles argentines qui vivent désormais dans des bus aménagés car ils ne peuvent plus payer les loyers ou s’acheter une maison. Les Argentins témoignent auprès de nous leur mécontentement, leur difficultés de vivre normalement, mais aussi finalement que leur monnaie n’a guère plus de valeur. La présidente et son gouvernement porteurs de cette politique sont vivement critiqués.

Quelques exemples de contraintes que vivent les Argentins : voitures et pièces détachées hors de prix, transports en bus les plus chers de tout le continent américain, quota maximum d’argent autorisé à dépenser quotidiennement lors d’un séjour à l’étranger, retraits d’argent limités, nourriture pas très abordable (à part le boeuf ) et peu variée.

Quant à nous, nous sommes choqués qu’il soit aussi compliqué, et dans notre cas impossible, que les livres d’école de nos enfants ne soient pas acceptés sur le territoire argentin. Aucun livre étranger ne peut être importé sans passer par les fourches caudines de la censure … et finira le plus souvent dans des poches poubelles. Pour nos livres, il nous aura fallu les faire expédier au Chili, pays voisin de l’Argentine mais à la politique d’ouverture et d’échange tellement différente !

Vous l’aurez compris, des mesures très strictes de fermeture du pays à l’extérieur interdisent ou rendent prohibitives les importations de toutes sortes…L’Argentine est un pays qui se ferme.

Et bien, nous de notre petite voix, nous disons qu’il y’a un truc qui ne va pas : comment est ce possible qu’un pays avec une population aussi accueillante et tant de ressources puisse se fermer au monde ?

Plusieurs Argentins nous ont dit qu’il n’est pas dans les habitudes des gens du pays de manifester leur mécontentement auprès du pouvoir, que « ce n’est pas comme chez vous en France, pays de la révolution et des droits de l’homme » . Des manifestations ont pourtant eu lieu en Argentine pendant notre séjour ; elles ont fait plusieurs morts! En fait les gens se débrouillent en contournant au maximum les règles afin de s’en sortir.

Que de paradoxe : l’Argentine, pays du « dulce de leche » (« douceur de lait » : confiture de lait délicieuse) et du maté, (boisson partagée dans le même verre), symbole de l’art de vivre et de l’accueil des Argentins … non, nous ne comprenons pas !

Peut-être que lors des prochaines élections les urnes vont-elles faire changer les choses ?

Nous souhaitons aux Argentins le meilleur pour l’avenir, pour que l’Argentine que avons adorée cesse d’être un pays en devenir et prenne sa place de grand!

Sandra et Frédéric

Print Friendly
Cette entrée a été publiée dans Argentine, parcours. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Argentine, que se passe t’il?

  1. CHARLES dit :

    No comment… A bientôt. Bisous.

  2. Betty dit :

    Pourvu que cet état de fait ne se limite qu’à l’Argentine, mais j’ai malheureusement de gros doutes. Les gouvernements dans la plupart de ces pays mettent en place des politiques rétrogrades et de fermeture, qui sur l’instant donne un coup de fouet à l’économie nationale mais qui très vite atteignent leurs limites. C’est vraiment dommage !! Sandra presidente !!! (c’était pour la touche humoristique, presidente sans accent à lire avec l’accent espagnol !!!) On vous embrasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>