La cordillère blanche:terre d’aventures…

La suite de notre aventure va s’avérer palpitante..

Désormais, depuis notre entrée au Pérou, nous ouvrons un chapitre  qui semble ne plus en finir, intitulé :  » petites tracasseries et gros pépins ! »

Nous quittons la côte pour rejoindre la Cordillère Blanche par une magnifique piste conseillée par d’autres voyageurs. Les paysages que nous traversons sont désertiques, les couleurs chatoyantes de rouges et d’ocres illuminent le ciel.

Nous bivouaquons à mi chemin de la piste, dans un hameau perdu, équipé de la seule station service du coin…Ambiance Bagdad Café !

Le Canyon del Pato faisait partie des pistes rêvées bien avant notre départ, nous n’allons pas être déçus…

Il s’agit d’une piste de 40 km serpentant les rives du canyon, des falaises de 1000 mètres bordent notre chemin et 35 tunnels étroits taillés dans le roc en guise « d’occupation ».

Et bien, nul besoin de klaxonner! En effet depuis quelques kilomètres un bruit provenant du camping car nous alerte. Toute la famille essaie de localiser d’où vient ce bruit de casserole augmentant et persistant et bientôt assourdissant, à une nuance près, pas en marche arrière !

Mais il nous semble un peu compliqué de continuer dans ce sens !!!

Nous passerons nos 35 tunnels sans pouvoir nous arrêter faute de place…Je dois vous dire à ce moment que j’ai cru revoir la France et ses bonnes baguettes de pain !

Après une exploration sous l’engin, guettant de notre côté la moindre intonation de la part de notre mécano international (mon mari), le diagnostic tombe, je suis au bord du malaise vagal… »Un support de l’arbre de transmission est déterioré… »Ah oui, et alors ? Et c’est grave ce truc ?

Frédéric répare avec….des morceaux de chambre à air de vélo et du fil électrique. Attention, je suis obligé à ce moment de mon récit de faire une pause et de vous expliquer : pour développer de telles compétences techniques, il faut bosser dur et réfléchir, réfléchir…et peut être aussi quelque chose d’inexpliqué, d’inné !  El meillor del mondo!

Il faudra améliorer plusieurs fois la réparation qui est  temporaire, mais malgré tout on peut continuer à rouler et c’est bien le principal ! Mais désormais dans nos têtes, nous savons qu’il va falloir trouver la pièce pour réparer…Ce qui peut paraître simple en France, prend une autre ampleur en voyage!

Après une nuit un peu perturbé dans l’ agréable village de Caraz, (il a fallut déménager à 3h du matin car le marché se préparait), et après avoir fait encore remplacer 2 pneus hors d’usage (si, si!), nous prenons la direction des lagunes de Llanganuco. L‘air frais nous fera le plus grand bien!


Le petit village de Yungay nous permet de faire des provisions pour notre petit séjour dans la nature. Le marché est très coloré, les femmes arborent de magnifiques tenues traditionnelles, Les fruits et les légumes s’étalent sur le sol, les marchandes de fromages vendent leur produits pendant que leurs bébés font leurs premiers sourires. Nous sommes les seuls touristes, un vrai moment de bonheur…

La piste qui conduit au parc de la Cordillère traverse de petits hameaux où les gens cultivent des fleurs et des légumes, l’élevage de moutons et de vaches constituent leur principal ressource.

Après une longue négociation avec les gardiens du parc qui nous demandent 22 euros par personne pour y séjourner, alors que  notre guide signalait en effet ce prix mais pour 1 mois… La piste se poursuit donc, mais les nombreux trous et pierres nous obligent à rouler doucement, nous passons de 15 km h à 5 kmh. Au détour d’un virage, un camion avec une benne nous double, quelques mètres plus loin, nous le retrouvons au milieu de la route arrêté, nous bloquant la route. Après que le chauffeur place des pierres derrières ses pneus, nous comprenons qu’il n’a plus de frein. Nous voilà coincés ! Et là, je me dis, c’est pas possible, nous sommes filmés !

Un de vous, aurait il engagé un cameraman pour mesurer nos capacités d’adaptation et de réaction ??? Pour ajouter à la situation une note humoristique, le chauffeur décide de s’alléger de la moitié de la terre qu’il transportait  . Ahhhhhhhhhhhh, nonnnnnnnnnnnn ! Et en effet, il redémarre, mais nous non, puisqu’il y’a devant nous la dune du Pyla, ou presque ! Pas de problème, une dune nous bloque, nous allons la déplacer ! Nous sortons pelle, freesbee et nos mimines pour gratter et… gratter encore. D’autres touristes se joindront à nous, un vrai travail d’équipe !

Nous voilà repartis, prudemment nous terminons les derniers kilomètres.

Le paysage est sublime, la Cordillère ne se laisse pas voir facilement, elle se cache derrière d’autres montagnes déjà très hautes, ses sommets enneigés sont de toutes beautés. Nous sommes à 3700 mètres d’altitude.

Devant nous, la lagune Orcoconcha.

Lagunas Llanganuco est composé de deux superbes lacs émeraudes nichés dans une vallée glaciaire, Laguna Chinancocha et Orcoconcha. Nous profitons de ces merveilleux paysages pour marcher et faire du vélo.

La lagune Chinancocha est d’un bleu émeraude qui nous rappelle les lacs Canadiens. Nous savourons ces moments de quiétude…avant de retrouver nos petits soucis!

Thaïs profite de 12 km de piste de descente pour s’éclater en vtt, nous le suivons péniblement, les lacets et l’état de la piste nous ralentissent , pas lui!

Nous reprenons la route pour Huaraz où nous espérons trouver la pièce pour réparer ou peut être la commander. Après plusieurs visites dans des magasins d’importations de pièces et quelques appels téléphoniques chez Ford, il semblerait que Ford Lima puisse nous la procurer…Alors en route!

Lima est à 7 heures de là, nous faisons une petite pause dans le charmant village de Chiquian. A l’écart de tout, perdu dans une profonde et étroite vallée dans la Cordillère Huayhuash, il semblerait que le temps se soit arrêté.

Dans la série, renversement de situation, nous excellons: Ford Lima nous annonce qu’ils n’ont pas la pièce car ils ne font pas notre modèle de véhicule! Ah bonnnnnnnnnnnn.

Le calme est propice à la réflexion, et d’un coup, d’un seul, j’ai une idée! oui, oui…

En quelques mots, voici mon idée : Arnaud que nous avions rencontré à Huanchaco, contraint d’interrompre leur voyage car leur moteur est cassé,  doit revenir à Lima pour tenter une nouvelle fois de réparer. Et si nous lui demandions de nous transporter la pièce pour nous? De ce pas, nous le contactons , et son oui ne se fait pas attendre. Nous t’en remercions sincèrement!

Un vent de soulagement souffle dans la vallée…De plus, il n’arrivera que dans quelques jours, nous avons donc un peu de temps pour nous poser, alors soyons fous, si nous repartions dans la Cordillère Blanche que nous avons tant aimé?

En route…

Autant vous le dire de suite, dans le prochain épisode, nous allons encore monter d’un cran dans les péripéties…

Mais rassurez vous, la vie est belle et nous sommes heureux!

Print Friendly
Cette entrée a été publiée dans Pérou, parcours, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à La cordillère blanche:terre d’aventures…

  1. CHARLES dit :

    Nous sommes contents de votre bonne humeur, d’avoir enfin de vos nouvelles (de Cusco), mais sommes impressionnés par tous vos problèmes… Vivement que ça tourne! Bisous à tous.

  2. kiki dit :

    Salut les péruviens,
    La narration est vraiment géniale Sandra, c’est comme si on y était ! (enfin, presque…)
    J’attends la suite de vos péripéties. Et bravo pour votre moral et pour votre capacité à appréhender les situations galères de manière « positive ». C’est bien ce qu’il y a de mieux à faire, n’est-ce pas ?
    Vu le petit reportage de vos un an, très émouvant.
    Bises à vous

  3. Céline, Sébastien, Matéo et Manoé dit :

    Et bien, que d’aventures !! Pas le temps de s’ennuyer !!
    Bon, en espérant que ce « mauvais vent » de soucis techniques ne s’attarde pas trop quand même !
    Les paysages sont sublimes, le Pérou a l’air fidèle à sa réputation. Et que de souvenirs allez-vous ramener de ce séjour !
    On vous embrasse fort les amis, soyez heureux !

  4. Salut toute la famille,
    Ouah, super votre aventure. On vous admire. Nous sommes toujours autant passionnés de lire vos récits et on vous en remercie. On vous souhaite encore plein de bonnes aventures. Pour vous rappeler qui nous sommes, on s’est rencontré sur Big Sur entre San Francisco et Los Angeles. Pour nous, notre aventure se termine cette semaine à Halifax. Mais nous continuerons à vous suivre. A bientôt

  5. Vahit dit :

    de9c19 j aime ,j aime et j aime tant te lire e0 chaque fois c est tes arcitles sont une source intarissable qui m abreuve et je de9guste chaque ligne avec de9lectation et une grande envie de tout remettre en cause .Tu as le Talent, tu as le coeur mais surtout,tu as du courage رانيا تبارك الله عليك

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>