le Pérou: les couleurs du Pacifique

Nous voilà au pied du drapeau Péruvien, à la frontière flambant neuve, où les 2 heures d’attente nous permettent à loisir de penser…Nous sommes au Pérou, terre des civilisations, terre des Incas. Pays qui nous rappelle nos cours d’histoire, et qui nous a toujours fait rêver, le Macchu Pichu, la vallée sacrée, de multiples sites archéologiques où les momies viennent nous conter l’Histoire.

Mais le Pérou, c’est aussi la Côte Pacifique, la Cordillère Blanche et encore d’autres découvertes à faire…le bruit des tampons sur nos passeports nous sortent de nos douces rêveries « bienvenido al Pérou ! »

Nos premiers kilomètres traversent des zones sèchent où la misère et les déchets peuplent le paysage.  Notre périple commence au bord du Pacifique où émergent depuis quelques années des spots de surf fréquentés par des jeunes de tous horizons.

Los Organos, petit village en bord de mer sera notre première destination. Encore peu développé, nous trouvons l’authenticité du petit village de pêcheurs, et une vraie vie avec un joli marché où nous achetons pour des sommes modiques de délicieuses gambas et du poisson à ceviche.

Le Pérou n’a pas que la réputation de ces magnifiques témoignages de l’histoire, malheureusement le pays est aussi connu pour ces vols fréquents et nous allons en faire l’expérience dès notre deuxième jour. Notre portefeuille a disparu avec de l’argent liquide mais aussi la carte d’identité de Frédéric, son permis de conduire, son permis bateau, ses cartes de crédit. Malgré la diffusion d’un message à la radio, nous ne retrouverons rien, les papiers ne sont pas un soucis majeur car nous avons chacun un permis international et un passeport qui fait office de pièce d’identité, nous verrons donc à notre retour, par contre le vol de notre argent liquide (une bonne somme) est un peu plus difficile à digérer…La scène de la plainte que nous déposons à la police est une vraie caricature de la police ici !

Bref, et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, nous avons un pneu crevé et un autre à changer ! En quelques minutes, le problème est résolu…enfin à ce moment, c’est ce que nous pensions !

Nous traversons à notre grande surprise, des plantations de riz verdoyantes, puis de nouveau le désert. En fait le désert est partout sauf en bordure des quelques rivières qui descendent de la Cordillère. C’est là que les civilisations antérieures aux Incas s’installaient déjà dès 5000 ans avant JC !

Alors en route pour le magnifique musée de Sipan, dans la petite ville de Lambayeque. Nous dormons dans l’enceinte du musée, à côté du seigneur de Sipan !

La visite est extraordinaire et l’histoire de ces vestiges l’est encore davantage.

C’est en 1987, qu’un archéologue local vit circuler un bon nombre d’objets superbes sous le manteau de certains habitants du village. Il comprit rapidement qu’un site funéraire de la région avait été pillé. Les archéologues avec l’aide de la police et du FBI mirent un terme au saccage.

Plusieurs tombes encore plus belles furent mises au jour, dont celle du seigneur de Sipan, sépulture Mochica.

Le musée témoigne donc de cette période qui précède de plusieurs siècles les Incas, et ne leur en déplaise, cette civilisation avait développé des méthodes de fabrication complexes, des méthodes d’agriculture, d’architecture… Les trésors exposés, comme des bijoux en or et en turquoise sont sublimes. La reconstitution d’une tombe est toute aussi passionnante, et suscite de nombreuses questions chez les enfants comme « pourquoi il avait 2 femmes le seigneur ? » Vous auriez répondu quoi vous ??? Et bien, nous RIEN, enfin surtout moi…Je ne m’explique toujours pas pourquoi Frédéric arborait un sourire malicieux…bref ! Nous n’allons pas trop nous étendre sur le sujet… Désolée, les photos étaient interdites!

Après cette parenthèse culturelle, nous revoilà de nouveau plongés dans les aléas techniques, nous devons en effet acheter 2 nouveaux pneus, et nous nous rendons compte qu à la suite du mauvais remontage de la roue lors de la dernière réparation, une vis est cassée ! A croire que nous sommes filmés pour une épreuve de Pékin Express, et bien, il nous en faut plus pour gâcher notre plaisir !

Nous voilà pris en main en plein milieu de Chiclayo par 2 mécaniciens, il faut démonter, réparer et remonter. Ils sont efficaces et semblent connaitre la musique. Après 2h, le chef nous annonce le prix! QUOI? 2+2 X9+6=? C’est une plaisanterie! Et là, commence sur le trottoir une négociation hautement serrée, Frédéric dans un calme tout relatif expose ses arguments, moi dans un calme nettement moins relatif, j’encourage mon mari tel dans un grand match de boxe! Résultat au bout d’un quart d’heure: moitié prix! Bravo Fredo, tu es mon héros!

Nous rejoignons la plage de Pimentel, les vagues du Pacifique nous bercent et éloignent loin de nous nos petits soucis. Nous assistons à une partie de pêche sur des étroites embarcations en roseaux appelées des caballitos de totora (petits chevaux en roseau), leur durée de vie n’excède pas quelques mois.

Les enfants se baignent, Thaïs surfe de magnifiques vagues!

Nous dormons chez Mario en bord de mer, où il a fait bâtir de drôles de pyramides, peut être un rappel des constructions des Mochicas!

Puerto Malabrigo est connu pour sa vague déroulant vers la gauche la plus longue du monde, 2 km de bonheur…les enfants se régalent malgré la température de l’eau…Le Costa Rica est loin !!!

A notre grande surprise, à peine garés sur le bord de plage de Huanchaco, nous rencontrons la famille « ça vadrouille » et une autre famille de voyageurs parcourant l’Amérique du Sud. Nous suivions depuis un long moment Arnaud, Séverine, Tom et Noé, sur la route depuis plus d’un an, et qui ont cassé leur moteur depuis 2 mois au Pérou. Ils sont malheureusement contraints d’arrêter leur périple et rentrent en France dans 2 jours. Nous sommes heureux de passer quelques heures en leur compagnie, et émus de les quitter…

le véhicule de Julien, Albane et leur petite fille en route pour 7 mois en Amérique du Sud

Arnaud et Séverine les enfants jouent avec le monde!

Huanchaco est une station balnéaire très agréable, un mélange d’Européen et de Péruviens venus se délasser au soleil. Nous goûtons « des papas rellenas », pomme de terre en purée farcies de viande et d’épices reconstituées, pour 70 centimes la portion. Nous serons tous malades le lendemain, certainement que la mayonnaise n’a pas aimé les 25 °…nous non plus !!!

Nous quittons la côte pour rejoindre la Cordillère Blanche par de magnifiques pistes, mais c’est sans compter sur notre nouvelle destinée : les épreuves techniques! Ne ratez surtout pas le prochain épisode qui va se révéler palpitant…et fatiguant!

Print Friendly
Cette entrée a été publiée dans Pérou, parcours, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>