L’Equateur: d’Otavalo au volcan Cotopaxi

Nous voilà en Equateur après un passage de frontière plutôt rapide et efficace…Chouette!

Nous décidons de découvrir la partie centrale du pays, du nord au sud qui correspond à la région montagneuse andine du pays. Nous avons hâte de retrouver les grands espaces, la fraicheur de l’altitude et de rencontrer les Equatoriens vivants de l’agriculture. Dans ces régions, est dévéloppé le tourisme communautaire. Nous vous en reparlerons…

Nos premiers kilomètres se font à travers une bonne route de montagne, la chaleur est toujours présente, la population Equatorienne dans cette région est noire, ce sont des descendants d’esclaves noirs amenés par les conquistadors. La culture de la canne à sucre est leur principal source de revenus.

Nous nous dirigeons vers la petite ville d‘Otavalo pour assister à un des plus grands marchés d’Amérique du sud. Tradition datant d’avant les Incas  qui permet aux Otavalenos, connus pour leur tissage de vivre de leur art. Nous retrouvons l’ambiance de ces endroits si colorés et vivants, les indiens sont en tenues traditionnelles. Les femmes portent de longues jupes de laine avec des blouses blanches brodées de fleurs, des ceintures tissées et des sandales en toile et des colliers de perle. Quant aux hommes, ils portent des chapeaux de feutre, des ponchos bleus, des pantalons courts et arborent une longue natte.

Nous déambulons dans les ruelles où sont présentés  l’artisanat principalement en laine et en alpaga, tapis, ponchos, couvertures gilets, bonnets…

L’Equateur est là, l’immersion dans ces traditions nous permet de nous y sentir bien et de percevoir immédiatement l’identité forte de ce pays.

Le petit camping où nous sommes installés nous permet aussi de nous reposer un peu car ces derniers temps nous avons beaucoup roulé…Nous retrouvons notre couple Suisse préféré à la retraite que nous croisons régulièrement sur les routes.

Mais voilà, il nous faut reprendre la route car le temps passe et nous avons encore tant de pays à découvrir. Nous quittons donc la famille Des Rêves, Nathalie, Samuel, Bétina, Merlin et Nils avec qui nous voyageons depuis longtemps maintenant…A bientôt les copains!

Non loin de là se trouve la lagune de Cuicocha où nous allons  enfin renouer avec des activités, disons plus sportives..En effet, voilà des mois que nos muscles ne fonctionnent guère, la chaleur permettant peu les efforts!

La lagune est en fait un lac dans un cratère volcanique, un chemin vertigineux en fait le tour. Nous n’en ferons qu’une partie, reprise tout en douceur, à près de 3500m d’altitude tout de même !

Au loin, nous apercevons le volcan Cotocahi 4939 m d’altitude. Les volcans en Equateur sont très nombreux, environ 40 dont certains actifs.

Après une nuit réparatrice dans ce joli paysage, Frédéric, Thaïs et Nino reprennent également le VTT. Les chemins se prêtent à la descente et aux  sauts.

La visite de Mitad Del Mundo est incontournable,  se situe ici la ligne équatorienne, le « milieu du monde », mais également endroit où ont débuté les mesures de l’expédition française de « La Condamine » (voir plus loin).

Evidemment, il faut au moins faire les photos symboliques : un pied dans l’hémisphère sud et l’autre dans l’hémisphère nord.

Nous visitons  le pavillon Français présentant l’expédition française de « La Condamine »  entre 1735 et 1743 pour mesurer l’arc du méridien terrestre en Equateur, qui appartenait jadis au Pérou.

Ces mesures, commanditées par l’académie des sciences, comparées à celle obtenue par une autre expédition envoyée au pôle sud, prouveront que la terre n’est pas parfaitement ronde. L’arc de méridien à l’équateur étant moins arrondi que l’arc de méridien au pôle, la terre est aplatie au pôle. Le célèbre savant Anglais Newton avait calculé l’inverse, c’est à dire que la terre était aplatie à l’équateur et gonflée au pôle. Les mesures françaises ont été reçues avec enthousiasme par la communauté scientifique et ont contribué au prestige de la Frange.

Quito, situé à quelques kilomètres de là, perché dans les Andes, deuxième capitale la plus haute du monde à 2850 m après La Paz en Bolivie, est une très belle ville. Son centre historique est classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le quartier coloniale est vivant, les bâtiments très bien conservés. Nous déambulons dans les rues et ruelles pentues.

Depuis le Mexique, les petits commerces sont très développés, mercerie, quincallerie, boucherie, primeurs…On trouve de tout sans aucun soucis. Quito est une ville très vivante, mais la circulation y’est très importante. Quant à nous, nous circulons en taxi, pour 2 dollars ( et oui la monnaie de l’Equateur est le dollar depuis septembre 2000!) nous sommes au centre ville.

Nous constatons les écarts entre le mode de vie des habitants des hauts plateaux et celle des citadins. Les illustrations parfaites de ce constat sont les centres commerciaux qui feraient pâlir les grandes enseignes européennes par leur grandeur, leur propreté et la qualité de leurs produits; mais aussi la présence d’hôpitaux de grande qualité, équipés du dernier matériel médical de pointe.

Nous quittons Quito pour retrouver le calme et la quiétude des grands espaces, en route pour le parc du volcan Cotapaxi.

Ce volcan, visible de plusieurs provinces, d’une hauteur de 5897m prend encore une autre dimension dans le parc. Face à nous, le monstre  au cône parfait, recouvert d’une jupe glacée est majestueux.

Autour, des hauts plateaux andins et la lagune de Limpiopunga…La nature dans toute sa splendeur. A 3850 m d’altitude, nous nous équipons chaudement et allons faire le tour du petit plan d’eau.

Immergés dans cet univers si pur, nous profitons d’un petit chocolat chaud et dormons comme des bienheureux …

Enchantés par tant de beauté, nous partons à la découverte d’une autre curiosité, la lagune de Quilotoa

Mais çà, c’est notre prochain rendez vous! A bientôt, on vous embrasse…

Print Friendly
Cette entrée a été publiée dans Equateur, parcours, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à L’Equateur: d’Otavalo au volcan Cotopaxi

  1. Céline, Sébastien, Matéo et Manoé dit :

    Les couleurs du marché sont superbes ! Un régal pour les yeux !
    Ce petit brin de fraîcheur en altitude doit vous ravir après toutes ces semaines de chaleur accablante !
    On pense bien à vous les amis …
    Gros bisous.

  2. CHARLES dit :

    L’ex-IVOIRIEN qui maintenant IVOIBIEN a admiré avec beaucoup de plaisir vos clichés! On dirait que votre appareil a changé, tellement je vois du relief et du contraste qui m’échappaient auparavant! Vos commentaires nous donnent beaucoup de renseignements sur l’Equateur, et si nous les retenons tous, nous allons être très calés en géographie! Nous sommes contents pour vous et vous embrassons bien fort à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>